THÉOPHILE

Oeuvres typiques

"Groupe de moutons dans la bergerie"

Modelage en terre cuite, ronde-bosse de 15
cm de diam. et 27 de haut

Théophile Hingre était un sculpteur-modeleur. Sa création de base était en terre malléable, comme l’argile, modelée à la main. Ensuite, elle pouvait être cuite, ou, plus généralement, faire l’objet d’un moulage en plâtre appelé Modèle qui servira au fondeur pour réaliser le moule du Moulage définitif en métal suivant le souhait du commanditaire, souvent en bronze.

Ronde-bosse : sculpture en relief qui se détache du fond

« Les poissons » (1878)

Bas-relief, Modèle de 130x76cm, ep. 1,2 cm

Cette œuvre fait partie d’un « tétraptyque » ( 4 œuvres avec Les Légumes, Les Fruits et Les Fleurs de même facture). Après avoir été exposé au Salon des Artistes Français, cet ensemble a été offert par l’artiste à sa fille Clémentine, chez qui il est décédé à Ecouen, pour orner sa salle à manger. Des fac-similés, grandeur nature de cet ensemble, sont exposés à la pinacothèque de la Mairie d’Ecouen (Val d’Oise)

Bas-relief : Les objets dépassent le fond, au maximum, de la moitié de leur volume

« Tableau de chasse »

Haut –relief, Moulage en régule de 70×38 cm ép. Max 10cm sur support bois de 89×54 cm

Le moulage de ce tableau , ainsi que celui du « tableau de pêche » de même facture sont en régule, alliage de zinc appelé « zinc d’art » soit pour des raisons mécaniques (densité très inférieure au bronze) ou économiques (prix très inférieur), soit parce que le bronze était réservé à des fins militaires pendant la première guerre mondiale.

Haut relief : Les objets dépassent de plus de la moitié le fond de l’œuvre.

« Cheval à l’abreuvoir avec son Charretier »

Ronde bosse, Moulage en bronze doré de 25x25x15 cm

Le cheval de ce Moulage est issu du Modèle en plâtre exposé au Salon des Artistes Français de 1907. Ce Modèle à d’ailleurs servi pour l’exécution d’autres moulages. Cette œuvre, comme la suivante et bien d’autres, justifient le qualificatif reconnu de sculpteur animalier de l’artiste.

"Dindon dans le D" 1904

Plaquette, Modèle en plâtre de 19×20 cm et 1,5mm d’épaisseur

Théophile Hingre était aussi, « Graveur en Médaille ». Cet art consiste à représenter les objets avec une surépaisseur par rapport au fond de 1 à 2 mm permettant de réaliser des pièces métalliques non seulement par moulage mais surtout par emboutissage. Cette contrainte impose à l’artiste de représenter des scènes plus ou moins éloignées en utilisant les règles du dessinateur qui, en deux dimensions donne l’impression d’éloignement en Réduisant les volumes et en utilisant les fuyantes. Cette œuvre est, aussi, une illustration de sa qualification reconnue d’ « ornemaniste ».

 Théophile Hingre : Sculpteur, graveur en médaille (1832-1911)

1832  Théophile Hingre est né le 9 novembre, rue du Four Gaudon à Ecouen.

1844 Dès l’âge de douze ans, dans les ateliers de MM Gervais et Possot, à Paris, Théophile apprend la sculpture d’ornement appropriée à la fabrication de bronze, à laquelle il ne cessa de s’appliquer jusqu’à sa vingt-cinquième année.

1851 À l’âge de 19 ans, il épouse Louise Daily avec qui il aura 4 enfants : Maximilien, Clémentine (dont une partie de la descendance vit à Écouen), Marguerite et Léon (artiste-peintre de genre, affichiste illustrateur et sculpteur) qui sera son élève. À sa vie d’artiste, il associera une dimension citoyenne reconnue (Membre du jury départemental d’État de la Seine de 1896 à 1908). Par ailleurs son orientation républicaine, l’a conduit à être proche de Louis Blanc. Quelques sculptures éphémères faites à l’occasion de « banquets républicains » dont il reste les photos témoignent de l’action militante de l’artiste.

1858 Forcé de s’expatrier en Angleterre, il travaillera à des sculptures d’ornements à la maison d’orfèvrerie Elkington de Birmingham durant 7 ans. La réalisation de prix de course de chevaux, qui lui est confiée, encouragera ses premières études d’animaux.
De son exil, il ne se fera pas oublier des Salons des Artistes Français où il exposera dès 1860.

1869 À son retour d’Angleterre, il vivra à Paris où il répondra aux nombreuses commandes d’orfèvres. Il prendra part à certains concours (Union Centrale des Arts Décoratifs – prix de 1000 et 300 francs, Exposition Collective Internationale Ouvrière- médaille d’or , Expositions Universelles de 1878- médaille de bronze- et 1889- médaille d’argent). Il exposera pratiquement chaque année jusqu’à l’âge de 78 ans aux Salons des Artistes Français (45 œuvres y seront présentées entre 1860 et 1910).

1890 Devenu maître en sa discipline, il aura notamment son fils Léon comme élève-sculpteur.

1899 Officier d’Académie.

1902 Médaille de 3éme classe au Salon des Artistes Français.
De 1896 à 1906 Membre du Jury d’Etat pour le département de la Seine.

1908 Officier de l’Instruction Publique.

1911 Louis Théophile Hingre décède le 12 novembre, à 79 ans, dans sa ville natale d’Écouen, chez sa fille Clémentine.